🎤 Interview de webdev : Bastien

Bastien Remy (@Tsad) travaille pour la société ZAP basée au Grand Duché de Luxembourg.

Présentation

Peux-tu te présenter brièvement ?

Bastien, 32 ans, Nancéien émigré au Luxembourg depuis plus de 7 ans, développeur web senior spécialisé backend.

OĂą travailles-tu ? (indĂ©pendant/PME/grosse boĂ®te/service public…)

Je travaille pour une toute petite startup qui Ă©dite un ESN du nom de Squareboard

Pour prĂ©cision, un ESN c’est un Enterprise Social Network, qui sert Ă  une gestion de type intranet, voire extranet dans une certaine mesure.

Depuis quand exerces-tu ?

Je programme depuis mon enfance, mais j’ai réellement commencé ma vie professionnelle en 2002 en montant une agence web à Metz, où j’ai fait mes études.

Peux-tu décrire en quoi consiste ton métier ou ton poste.

Bien qu’étant plutôt orienté backend, ma situation professionnelle requiert que je travaille en temps que développeur full stack. Ce qui comprend toute la chaîne allant de l’installation, configuration et maintenance des serveurs de production / développement, en passant par la mise en place des databases, de l’architecture software, des policies et des process et bien entendu la programmation, jusqu’à l’intégration des maquettes et scenarii réalisés par notre UX designer.

Quelles tâches annexes peux-tu être amené à accomplir ?

Il m’arrive d’assister à des réunions client, avec lesquels nous travaillons de façon très proche puisque nous fournissons un service sur mesure. De façon ponctuelle, je dois assurer du support client quand le problème devient assez technique, et un peu de gestion de projet pour coordonner nos sprints avec nos éventuels prestataires (mobile, par exemple)

Pourquoi le web development ?

Qu’est-ce qui t’a donnĂ© envie de faire ce mĂ©tier ?

Je programme depuis mes huit ans, c’est donc naturellement que je me suis dirigé vers un métier de l’informatique. Au départ, je pensais devenir architecte réseau, mais l’envie m’est passée après de laborieux cours de réseau. Ma passion à l’époque était de faire des sites en Flash (on ne rigole pas, c’était au siècle précédent !), ma voie était donc toute trouvée !

Quel est ton parcours ? (Ă©tudes/autodidacte/…)

Je suis globalement autodidacte, j’ai bien essayĂ© de passer un diplĂ´me Ă  l’universitĂ© mais notre web agency me prenait trop de temps, et j’ai donc fini par abandonner pour me consacrer Ă  plein temps Ă  ma carrière pro – qui soit dit en passant m’a apportĂ© bien plus que tout ce que j’ai pu apprendre Ă  la fac.

Comment es-tu parvenu Ă  ton emploi actuel ?

Après plus d’un an en freelance, et un gros contrat tombé à l’eau, j’ai du me résigner à reprendre un job plus conventionnel en cherchant sur des sites d’emploi assez standards. Mon employeur cherchait un développeur backend, et un peu de stabilité était la bienvenue pour mes finances.

Un bon web developper…

Quelles sont les qualités personnelles nécessaires pour exercer ce métier selon toi ?

Logique : inutile de préciser que c’est la base de la programmation (mais je le fais quand même). Un esprit assez cartésien est indispensable pour saisir les tenants et aboutissants d’un programme (qu’il soit web ou non).

Curiosité : c’est sûrement un peu cliché de dire ça, mais c’est pourtant vrai ; les technos web évoluent terriblement vite, comparé à des technologies software plus “standard”. Il est donc important d’être toujours “sur la brèche”, de s’informer, de tester de nouvelles technos, bref, de faire de la veille et de rester à jour.

Quelles sont les compétences professionnelles exigées dans ce métier ?

Rigueur : même si les langages orientés “web” sont souvent plus permissifs que les langages plus traditionnels, être développeur web nécessite tout autant, voir même PLUS de rigueur, du fait de ces défauts de permissivité. Respecter les standards de code style, documenter son code, écrire des tests pour certains projets, etc. ; tout ça peut être rébarbatif par moment mais il est indispensable de s’y tenir sans quoi la codebase devient impossible à maintenir.

Implication : je pense qu’on bon web dev doit savoir s’impliquer suffisamment dans ses projets, quitte à y passer un peu plus de temps que ce pour quoi on le paie, pour se donner les moyens de tenir ses deadlines au mieux tout en faisant un travail dont il peut être fier.

En bref, une bonne conscience professionnelle.

Peux-tu préciser à quelles technologies tu fais appel au quotidien ?

Je travaille plus ou moins chaque jour avec Debian, CentOS, PostgreSQL, Redis, PHP, Javascript, Less et bien sûr, HTML, auxquels ont peut occasionnellement rajouter un peu de scripting Bash et Python pour les opérations serveur. Nous utilisons des outils comme Vagrant et Docker, et un système de cloud de type Jelastic, et notre code est hébergé sur un Git privé.

Qu’est-ce qui te plaît le plus dans ton métier et pourquoi ?

C’est un peu bête, mais ce qui me plaît c’est de voir que je crée des choses, parfois extraordinaires, juste en tapant sur mon clavier !

Contraintes

Quelles sont les personnes avec qui tu peux être amené à entrer en relation ?

Dans le cadre du travail de développement à proprement parler, principalement d’autres développeurs, des designers (UI/UX) un team leader/project manager. Dans un cadre plus large, il arrive assez fréquemment de rencontrer des “clients”, qu’ils soient des réels clients externes, ou des collègues au sein de l’entreprise (pour lesquels l’équipe est chargée de développer un outil par exemple). Des développeurs externes, prestataires et/ou support pour les services que l’entreprise utilise. Et parfois des utilisateurs (auquel cas je recommande la fuite asap !)

Y a-t-il des conditions de travail spécifiques ? Des contraintes physiques ?

Il faut parfois être prêt à se donner du mal pour tenir les délais, parfois à rogner sur son temps personnel (et/ou sont temps de sommeil !)

Au niveau physique, mieux vaut ne pas trop avoir de problèmes de dos : il faut pouvoir rester assis toute la journée devant ses écrans !

Quels sont les problèmes auxquels tu peux être confronté ?

Monter sa propre entreprise peut s’avérer être un périple administratif sans fin mais c’est une bonne expérience, à mon avis très formatrice pour avoir une vue d’ensemble sur les enjeux d’une entreprise.

Récupérer une vieille codebase d’un ancien projet s’avère toujours être un difficulté en soi, mais le plus dur reste toujours de résister à l’envie de toute refaire from scratch !

Quant aux utilisateurs… on s’en passerait bien mais on ne peux malheureusement pas !

Le marchĂ© de l’emploi

Quelles sont les Ă©volutions possibles selon toi ?

J’ai connu beaucoup de dev qui devenaient chefs de projets après quelques années en poste, et j’ai l’impression que ça semble être la “suite logique” pour beaucoup de gens. Je pense pour ma part que c’est une erreur car en réalité, peu de développeurs sont réellement formés à la gestion de projets, ou à l’interaction avec un client, et finissent par être de mauvaise gestionnaires de projets.

Pour moi, un développeur devrait essayer de s’orienter vers une position de lead developer dans un premier temps, un “référent” technique sur lequel les différents responsables peuvent s’appuyer, et qui est amené à faire des décisions en terme de technologies à utiliser pour les projets, et à servir d’interface entre l’équipe de développeur et le management.

À terme, une position de CTO ou CIO peut devenir envisageable, mais ce n’est pas forcément donné à tout le monde !

Quel est l’Ă©tat du marchĂ© de l’emploi pour ce mĂ©tier en gĂ©nĂ©ral selon toi ? Dans ta zone gĂ©ographique ?

D’après mes propres observations, il y a beaucoup de demande dans le milieu, et l’éventail de technologies disponibles fait qu’il y a – pour le moment – de la place pour Ă  peu près tout le monde. Je n’ai jamais eu Ă  me battre pour une place, et j’ai mĂŞme tendance Ă  avoir du mal Ă  trouver des gens disponibles !

Existe-t-il des difficultés de recrutement dans ton métier ?

Le plus difficile est de savoir se vendre sans avoir forcément de choses à montrer. Un webdesigner ou un développeur front auront toujours quelque chose à montrer, un site, des maquettes, etc. Dans mon cas, c’est toujours plus compliqué car il est difficile de “montrer” le code ou les structures des DB qu’on a produit pour ses anciens employeurs.

As-tu déjà été démarché par un recruteur ?

Oh ça oui, plusieurs fois par mois en général !

Conseils…

Y a-t-il des personnes à qui tu déconseillerais de faire ce métier ?

Très spécifiquement, les gens qui ont des problèmes de concentration. J’ai eu un stagiaire en reconversion professionnelle qui avait d’énorme problèmes de concentration suite à un accident de travail, et je peux assurer que développer est quasiment impossible dans ces conditions.

Quels conseils peux-tu me donner ?

Rester ouverte et à l’écoute, ne pas t’enfermer dans une technologie ou un environnement, tout en essayant de te spécialiser dans un domaine qui te plaît. Ne pas hésiter à chercher des réponses sur le web et à poser des questions à des gens plus expérimentés.

Et apprendre Ă  parler anglais.


http://mae.ovh/website/devpop/bastien.html

Laisser un commentaire

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut