Stage webdev – semaine 6 (the last one)

Lundi

Pour fêter la fin des vacances, les galettes des rois, l’anniversaire de Maître de Stage et euh, bah juste parce que c’est bon, j’ai ramené un pandoro au bureau. D’ailleurs, en parlant de l’anniversaire de Maître de Stage, vendredi dernier (oui, le 6 que c’était pas vraiment prévu que je vienne mais que comme Maître de Stage avait dit que je pouvais venir, qu’il serait là, que ça serait chouette, je suis venue mais lui pas), on lui a laissé un petit message pour son anniversaire sur son tableau blanc :

Sinon, parce qu’on bosse quand même dans ce bureau, Maître de Stage m’a demandé de créer un fichier avec 3 boutons audio en HTML5 qui lancent des musiques ou des sons et de faire en sorte qu’en cliquant sur un bouton, ça vérifie la présence d’un fichier sur un serveur (en javascript). Si le fichier est présent sur le serveur, ça fait rien (enfin si, ça fait un console.log pour dire que le fichier est bien là) mais si le fichier n’est pas là, une musique des enfers se déchaîne sur l’ordinateur.

Et parce qu’on m’a demandé de nettoyer le tableau malgré notre message d’amour, j’ai inscris ceci… Maître de Stage sera-t-il séduit par l’appel des sirènes du gras ?

 

Mardi

Réponse oui. A midi, Maître de Stage nous a offert à déjeuner.

D’ailleurs, j’avais complètement oublié qu’en Belgique, le déjeuner c’est le petit déjeuner (le repas qu’on prend quand on se réveille) et que, conséquemment, notre déjeuner français (midi) s’appelle ici le dîner et que le dîner français (soir) s’appelle ici le souper.
Cela en a résulté un débat sur « doit-on aller chez le kebabiste à 10h ou est-ce que ça fait trop tard pour un déjeuner belge/petit-déjeuner français ? » (notre vie est passionnante).
On a pu entendre des trucs tels que « dans diner, y’a la motion de miDI » ou encore « souper, ça commence comme SOir ».
Ces élucubrations pourraient éventuellement s’expliquer par un surplus d’ingestion de sucre glace du pandoro. #PabloEscobar

Au final, vu que le kébabiste n’ouvre qu’à partir de midi, Maître de Stage a bien été obligé de céder pour nous payer à bouffer le midi.

Sinon, tu devineras jamais qui doit faire (jusqu’au bout je pensais y échapper) une présentation en POWERPOINT ?

En exclusivité mondiale : la page de garde temporaire.

Mercredi

Je me suis fais défoncer ma présentation en bon uniforme.
Pas tout à refaire mais beaucoup de choses à corriger.

Sinon, du point de vue de la présentation orale, on m’a déjà donné comme consigne de :
– éviter de faire des voix chelous ;
– pas prendre d’accent ;
– pas utiliser de verbes faibles comme « permettre » ou « faire ».

Bien sûr, bannir les « trucs/machins », c’est faisable mais finalement, c’est beaucoup plus difficile qu’éliminer les « putain/bordel/merde ».

Autre point de déception : Maître de Stage ne sera pas là demain. Avant de s’en aller, Maître de Stage nous a demandé de faire une liste de choses qu’il manque dans le bureau. Voici la liste :

Indice d’aide au déchiffrage de l’écriture de Maître de Stage : ce n’est pas marqué « Korean DJ » mais « Robert DJ » comme dans Robert Downey Jr.

Jeudi

J’ai continué de bosser sur ma présentation. Je me chie dessus de peur. Tellement trop de trucs à ne pas dire, pas faire… Peur de décevoir Maître de Stage.

J’ai commencé quelques articles pour mon super blog de la mort qui tue (dont un sur la méthode scrum. j’en ferai un sur les tests utilisateur. poke Michael).

Hier, on nous avait demandé ce qu’on voulait en plus dans le bureau ; nous avons obtenu les feutres de couleurs fantaisistes pour le tableau blanc. Résultat, j’ai fait un dessin.

Je sais qu’on croirait pas comme ça mais en vrai, je reste super tard au bureau pour travailler mon powerpoint et mon texte de présentation. Alors que d’autres font des pauses clope/vapo, moi je dessine, c’est tout.

REP A SA VAN GOGH

Vendredi

Rentrée après minuit d’un DÎNER chez des amis, j’ai vu la neige envelopper Bruxelles d’une merdasse blanche et froide. (spoiler alert : j’aime pas la neige)
Ce matin, j’ai donc décidé de mettre mes bottes de neige en plus de mon gros manteau, mon écharpe, mes gants et mon bonnet.

Malgré toute ma préparation, et le fait d’être partie 15min plus tôt que les autres jours, je me suis retrouvée au milieu d’une foule en colère que le tram 7 n’était pas passé depuis 45min et que même à ce moment-là, il avait été impossible de monter à bord du véhicule tellement il était bondé.
C’est à peu près à ce moment-là que je me suis dit « c’est la merde ».
J’ai tenté de calmer une mère hystérique qui hurlait sur des gens qu’ils n’avaient qu’à se grimper dessus, que « mais si y’a de la place, serrez-vous un peu plus » mais elle avait un peu du mal avec le concept d’humanité, de zone de confort, de respect des zones intimes aussi (mais pourquoi tu bourrines les fesses de ce pauvre monsieur voyons ?).

3/4 d’heure plus tard, j’arrivais enfin au bureau. Robert Downey Jr. m’accueille en faisant un blue steel. Ok.

Le matin, j’ai répété ma présentation (encore une fois [là, vous avez tous la musique de Sash dans la tête]), Maître de Stage m’a encore réorienté pour parfaire ce que j’allais dire lundi. Ça va être rigolo.

A 10h30, Maître de Stage a faim.

A 11h30, il envoie un émissaire (Stagiaire n°1) chercher des sandwichs parce que le restaurant, c’est qu’à 13h.

12h50, je reçois des super cadeaux de la part de Maître de Stage. Je te raconte pas l’émotion ! <3

13h, on embarque dans la MasterMobile direction le restaurant où on va faire un repas de fin d’année avec tout le département (et plus si affinité).

14h, on commence à manger. Moi personnellement, j’ai trouvé que tout ce que j’ai eu l’occasion de manger était bon. Apparemment, les autres ont eu moins de chance avec leurs plats (et leur vin). (J’ai pas la photo de l’entrée mais c’était « Tartelette de légumes grillés, filet de maquereau, huile d’olives au romarin » et c’était bon)

Aiguillettes de coucou de Malines, crumble aux amandes sur galette de pommes de terre, jus de cuisson au miel
Coupe de Glace au lait d’amandes, meringue et chocolat blanc

16h, il est temps, on met les voiles.

Bilan câlin avec Stagiaire : 1 ! Ça y est ! J’ai réussi à l’avoir mon câlin ahahahah !
Bilan câlin avec Maître de Stage : on ne compte plus <3

(ah oui et Maître de Stage a lu tous les résumés des épisodes précédents sur mon blog et ça l’a bien fait marrer)

Le mot de la toute fin

J’en ai pas parlé ici et je ne l’ai pas (encore) dit aux principaux intéressés mais ce stage s’inscrit dans une période de ma vie assez marquante. D’une part, c’est la suite logique de ma formation, le dernier chapitre de mon histoire au sein du CF2m (le centre où j’ai fait ma formation de webdev, putain mais suivez !). D’autre part, ce fut un soutien beaucoup personnel et privé. Je vais t’expliquer pourquoi.

En juin, au CF2m, on nous avait dit qu’on pouvait commencer à chercher un stage avant les vacances d’été, déjà parce que les entreprises font souvent leur planning plusieurs mois à l’avance mais aussi parce que ça nous évite de nous retrouver, au dernier moment, dans l’urgence de prendre le premier employeur qui voudra bien nous accueillir. J’avais donc suivi le conseil et avait commencé à faire mes recherches, à décrocher des entretiens et tout et tout.

Sauf qu’en juillet, après avoir passé quelques entretiens, je dois me rendre en France pour aller voir mon grand-père à l’hôpital. Il n’en sortira pas vivant mais au moins, on était là jusqu’à la fin, je ne l’ai pas lâché, même après qu’il soit parti. J’ai du annuler mon entretien initial à l’endroit où j’ai effectué mon stage. J’avais plus important à faire : enterrer mon nonno. Je n’ai jamais dit à Max pourquoi j’avais annulé, seulement que c’était pour des impératifs familiaux. En revenant en Belgique, j’avais pourtant reprogrammé un entretien mais j’avais pas envie d’y aller. Pourtant, j’y suis allée. Et je sais que pendant l’entretien, j’étais assez nerveuse, non pas par peur de foirer l’entretien, mais de peur que mes émotions me submergent, que je n’arrive plus à me concentrer sur les questions qu’on me posait. Je suis sortie de cet entretien avec comme un pansement sur le cœur. Max, sans le savoir, m’avait fait du bien par sa présence, son calme, sa bienveillance.

Aujourd’hui, je me dis que même sans le contexte familial assez particulier, j’aurai de toute façon choisi d’aller faire mon stage sous sa direction parce que je souhaitais approfondir, consolider mes connaissances, et non pas me perdre dans un nouveau truc à la mode.

Aujourd’hui, nous sommes le 13 janvier. C’était mon dernier jour de stage. Nonno aurait eu 84 ans aujourd’hui.
Lundi, je ferai mon évaluation de stage, ma présentation devant les responsables pédagogiques de mon centre de formation, mes adieux (ouais enfin je reviendrai faire coucou, faut pas déconner) à ce lieu de stage, ces gens qui m’ont beaucoup apporté durant ces 6 semaines, qui m’ont soutenu sans forcément sans rendre compte. Et ça fera 6 mois tout pile que Nonno nous aura quitté.

L’environnement dans lequel on évolue, dans lequel on vit, influence énormément notre façon de gérer et de digérer certaines choses. Je pense que si j’avais fait mon stage dans un endroit où on considère les gens comme de la merde, ça m’aurait encore plus détruit. Au contraire, là, j’ai pu vivre mon stage dans un environnement sain, stimulant, non conventionnel sur certains aspects mais toujours ludique et humain où les gens sont agréables, sympathiques, se parlent, se sourient, échangent dans le respect, peuvent être eux-mêmes. Et ça, comme dirait les marketeux d’EuroCard MasterCard, ça n’a pas de prix. Ce stage m’a permis de me construire en tant que webdeveloper mais m’a aidé à me reconstruire et à faire mon deuil.

Max, si tu lis ça, encore merci pour tout. Merci pour toutes ces formidables discussions matinales. Merci pour le kebabiste. Merci pour m’avoir appris pleins de trucs (même et surtout sur des sujets qui n’ont rien à voir avec le dev). Merci d’avoir un caractère de merde. Merci de dire trouze mille fois plus de gros mots que moi. Merci putain merci d’avoir des références culturelles que personne d’autre n’a dans ce putain de pays.
Merci de m’avoir conseillé, de m’avoir soutenu, d’avoir répondu présent, de m’avoir donné ma chance, d’avoir été là. Merci pour tout.

<3

Bonus

Celui qui arrive à déchiffrer ce tableau gagne un Daim.

Laisser un commentaire

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut