Beaucoup d’amertume et de victimisation dans ce témoignage, et par contre, le « bon coté » d’être une femme c’est bizarre les femmes « engagées » n’en parle jamais et pourtant il existe (et je parle pas des quota de personnel féminin ou de la féminisation forcé des conseil d’administration ou de la politique mais bien du fait que parce ce que vous êtes une femme on vous accord quelque chose que l’on aurai pas accorder a un homme…)

Le milieu professionnel est par définition dans notre société ultra libérale un milieu ultra compétitif, et donc pas un endroit ou la bienveillance et le soucis de l’autre sont bien vu voir carrément un aveu de faiblesse homme ou femme même combat, tout le monde aux abris.

Après qu’un homme hétérosexuel regarde différemment une femme qu’un homme c’est pas du sexisme c’est la programmation génétique lié a la reproduction de l’espèce (traits physiques communs/recherchés/symétrie du corps/bonne santé), et malgré ce que beaucoup tente de nous faire croire cela n’as rien a voir avec « femme objet ». Il ne faut oublié que nous sommes des animaux.
Cela ne justifie en rien le harcèlement la violence ou tout autres types de sexisme mais cela conditionne les relations sociales homme femme de façon totalement inconsciente.
Et il est ÉVIDENT, que tu le veuille ou non, que je le veuille ou non, que si les traits physiques recherchés se retrouve chez « la femme » avec qui l’on interagit, le discours, l’exigence et l’évaluation sera différente, on peu tenté de travailler collectivement sur le sujet mais il persistera quand même cette partie inconsciente qui pour celles qui correspondent au critères plus que les autres EST un avantage…

Pour faire dans le simpliste et dans la culture IT/Geekerie, tu doit connaitre la fameuse phrase/meme « There are No Girls on the Internet » et c’est cela, devant son clavier il n’y a plus l’avantage d’être continuellement attirante pour les « males » ce qui a pour effet non pas de désexualiser les conversations mais plutôt de faire revendiquer aux femmes le fait d’être femme pour regagné cette avantage.

Autre chose, dans un milieu très majoritairement féminisé comme dans les hôpitaux, les EPAD la mode, les hommes redoutent également cette sous représentation pour les même raisons, donc ce n’est pas qu’un problème de perception « des femmes dans le monde du travail » mais plus généralement une tendance ‘ »naturellement » grégaire des genres.

cordialement